Exposition Esprits des lieux

L’exposition estivale organisée par la ville, intitulée Esprits des lieux, est à découvrir à la Chapelle de l’Observance du 3 juin au 18 septembre.

Les artistes Eléonore Bak, Camille Grandval et Damien MacDonald invitent à la réflexion sur le rapport entre l’art contemporain et l’esprit des lieux.

 

Œuvres

Camille Grandval : 11 œuvres dont Le Pas, mirolege tendu sur châssis.

Éléonore Bak : 14 œuvres dont des écoutoirs et des résonateurs en verre soufflé.

Damien MacDonald : 21 œuvres réalisées à l’encre carbone sur papier.

 

Genèse

Par son caractère sacré d’édifice religieux, la Chapelle de l’Observance et son environnement immédiat, sont au cœur d’un parcours symbolique qui sous-tend l’histoire archéologique et sensible de la ville de Draguignan.

Édifice du XVIe siècle, ancien couvent des Frères mineurs de la régulière Observance, la Chapelle de l’Observance est un lieu historique empreint de sacralité.

L’ambition de l’exposition est de mettre en dialogue des pièces, pour la plupart spécialement conçues pour l’occasion, qui mettent en relief des phénomènes sensibles et symboliques remarquables de la Chapelle et de ses environs.

 

Commissariat d’exposition

Milan Garcin est docteur en histoire de l’art (Université Paris-Nanterre & Ecole du Louvre) et spécialiste de l’œuvre du peintre britannique Francis Bacon. Il a été le commissaire de plusieurs expositions s’intéressant à l’imaginaire collectif, à la mythologie et aux approches transchronologiques de l’art, dont Pierre et Gilles, La fabrique des idoles (2019, Musée National de la Musique - Philharmonie de Paris) et Ulysse : voyage dans une Méditerranée de légendes (2021, HDE Var). Il enseigne également l’histoire de l’art et participe à divers projets de recherche (Chaire de Philosophie à l’hôpital, CNAM / GHU Paris).


Les artistes

Camille Grandval

Camille Grandval a grandi dans l’effervescence des projets et les charrettes des concours d’une agence d’architecture des années 70. Elle découvre dans son enfance auprès de son père le désert algérien, dont les dunes sont à l’origine de son premier grand choc plastique.

Elle débute sa carrière comme styliste et directrice artistique chez Cacharel, puis travaille pour Radio Nova, où elle conçoit les émissions “micros-trottoirs” pendant près de trois ans avant de se consacrer à la réalisation pour Canal+ et Arte.

C’est en naviguant sur différents bateaux, dont le vendredi 13 en 1978 et le Bel Espoir entre 2003 et 2008, qu’elle trouve les fondements de son travail esthétique et plastique. Artiste autodidacte, cette expérience de la mer et ses amitiés avec les marins sont la source fondamentale de son inspiration, qu’elle exprime dans plusieurs séries de travaux, toujours liés à l’eau.

Prenant d’abord la forme d’une cartographie systématique des vagues, ils se muent peu à peu en un travail sur le mouvement et l’immobilité. Le rapport à la mer, toujours contemplatif, est souvent associé à ses aspects mythologiques et symboliques, comme en témoigne son installation vidéo monumentale à la Nuit Blanche à Paris en 2014, “Narcisse”.

Elle poursuit ses recherches sur la mer au moyen de différentes techniques - dessin, installations, œuvres cinétiques - mais aussi en s’intéressant à des moyens plastiques inédits.

En collaborant avec différents artisans, elle allie ses idées à des savoir-faire complexes et conçoit des œuvres à la forme inédite, toujours dans la perspective de montrer le mouvement du monde.

https://www.grandvalcamille.com

 

Éléonore Bak

Après un apprentissage des techniques du tissage, Éléonore Bak commence sa carrière comme décoratrice de théâtre (Augsbourg, Bonn, Düsseldorf) avant d’intégrer l’école supérieure d’art et de design de Cologne (1981-85).

Elle se consacre définitivement au son comme matériau plastique et de construction, après une spécialisation en électroacoustique au CIRM et à la Villa Arson à Nice (1985-89). Elle est également docteure et maître de conférences en Architecture (École nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble).

Sa relation à l’espace est au cœur de son travail d’écoute. Ce dernier permet de saisir les tensions invisibles au sein d’environnements singuliers, propices à la création de structures spatiales sonores nouvelles.

À mi-chemin entre la vision artistique et l’analyse scientifique, ses œuvres entrent en relation avec des lieux, des architectures, des matériaux, des phénomènes climatiques et leur instabilité. Prenant la forme d’installations, de dessins, mais aussi parfois de performances, de relevés cartographiques, elles émergent de la résonance du corps avec l’espace et permettent de visualiser le son.

https://www.eleonorebak.com


Damien MacDonald

Damien MacDonald est né en 1979 à Londres. Après des études en histoire de l’Art et en philosophie, il se tourne vers l’écriture et le dessin. Son travail a notamment été présenté au Musée Munch (Oslo), à l’Atomium (Bruxelles), à l’Exhibition Center d’Ordos (Chine), au Nouveau Musée National de Monaco et à l’HDE de Draguignan. Son roman graphique adapté du Notre-Dame de Paris de Victor Hugo a été publié en 2020 aux éditions Calmann-Lévy Graphic.

Son parcours l’a également mené vers le commissariat d’expositions. De “Dessiner l’Invisible” dont il fut commissaire, France Culture a dit que c’était “Une exposition qui fait figure de manifeste”. Il a également assuré le commissariat de l’exposition “Marginalia” au NMNM de Monaco et vient d’écrire un ouvrage sur la bande dessinée, “Anatomy of comics : famous originals of narrative art” (Flammarion, 2022).

http://damienmacdonald.com/