Les tendances observées dans le Var depuis plusieurs semaines restent toujours d’actualité, avec cependant une pression accrue sur les services de réanimation saturés au point qu’il a fallu renouer cette semaine avec les transferts de patients vers l’Occitanie. Cependant l’analyse de la situation ne peut se limiter au seul périmètre du département du Var ou de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Or les évolutions de la situation nationale font apparaître une dégradation rapide et très sensible. L’ensemble de ces éléments doit nous conforter dans une attitude prudente et surtout raisonnable et nous amener à accepter et à nous conformer aux contraintes qui ont déjà été édictées. Même s’il est tentant de renouer en ce début de printemps avec nos habitudes, il nous faut accepter et faire accepter un certain nombre d’interdictions ou limitations d’activités. En ce qui concerne la vaccination et malgré le souhait de tous les maires de disposer à un moment ou à un autre d’un centre de vaccination, celle-ci continue à monter en puissance dans la conciliation de 2 impératifs : d’une part l’efficacité et la rapidité avec le confortement de plus grands centres ouverts à la population de tout le département, ce qui permet de vacciner plus sans mobilisation de moyens supplémentaires, d’autre part, l’équilibre territorial qui permet de limiter les déplacements des personnes qui souhaitent se faire vacciner, sachant que la possibilité pour les médecins, pharmaciens et infirmiers de vacciner permet désormais de toucher au plus près les personnes qui ne peuvent se déplacer.

Evence Richard, préfet du Var

Lettre N°50 disponible sur : https://bit.ly/3dbUVQY