Si depuis quinze jours maintenant, les indicateurs épidémiologiques semblent marquer le pas, avec un taux d’incidence qui est passé sous la barre des 450 cas pour 100 000 habitants et un taux de positivité à moins de 4 %, la même tendance n est pas observée en ce qui concerne la pression sur les hôpitaux .La quatrième vague est en effet loin d être derrière nous et ses effets se feront encore sentir sur les services hospitaliers de la région pendant de longues semaines.

La prudence s’impose donc, d’autant que la rentrée scolaire qui s’annonce et avec elle la nécessité d’assurer aux élèves des conditions sanitaires leur permettant de suivre leur scolarité dans les conditions les plus favorables possibles. Les services de l’État, en lien avec les autorités sanitaires et les collectivités, se sont préparés à une campagne de vaccination massive des élèves car aujourd’hui on estime à plus de 50 000 jeunes de 12 à 17 ans qui ne sont pas encore vaccinés. Des créneaux dédiés leur seront réservés dans les centres permanents qui quadrillent le département, il y aura des équipes mobiles qui se déplaceront dans les établissements scolaires les plus éloignés…

Là-aussi, chacun doit se montrer responsable et réactif, au premier chef les parents qui devront retourner rapidement l’autorisation parentale à l’établissement où est scolarisé leur enfant pour que s’organise au mieux cette campagne vaccinale. D’ores et déjà, ils peuvent aussi, s’ils le souhaitent, faire vacciner leur enfant par leur médecin traitant ou en pharmacie.

Evence Richard, préfet du Var

 

Lettre disponible sur https://bit.ly/3Bluxyr