L'Herbe de l'oubli

Du 28/01/20 20:30 jusqu'au 28/01/20 23:59
Catégories: Spectacle
Visites: 69

Écriture et mise en scène Jean-Michel d’Hoop

Assistant écriture et mise en scène : François Regout

Avec :

  • Léone François Janssens, Léa Le Fell, Héloïse Meire, Corentin
  • Skwara et Benjamin Torrini
  • Marionnettes : Ségolène Denis assistée de Monelle Van Gyzegem
  • Vidéos : Yoann Stehr
  • Musique : Pierre Jacqmin
  • Scénographie : Olivier Wiame
  • Lumières : Xavier Lauwers

Tchernobyl, en Russe, se traduit absinthe, l’Herbe de l’Oubli ... Trente ans après, quelles leçons retient-on de cette explosion ? Alliant marionnettes et théâtre, L’Herbe de l’Oubli a été conçuà partir de la parole de survivants à la catastrophe, d’habitants proches de la zone d’exclusion en Biélorussie, de scientifiques actifs dans le dépistage de césium 137, de personnes ressources partisanes – ou non - du nucléaire qu’a rencontrés la compagnie Point Zéro.

Le 26 avril 1986, le coeur du réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl explose et prend feu, projetant un nuage de radioactivité dont on a retrouvé des traces dans toute l’Europe. Poussières, aérosols et gaz radioactifs (dont le césium et l’iode) sont projetés dans l’atmosphère. Le quatrième réacteur, nom de code « Abri », conserve toujours dans son ventre gainé de plomb et de béton armé, près de vingt tonnes de combustible nucléaire. L’Herbe de l’Oubli s’inspire de la démarche de récolte de témoignages réalisée par Svetlana Alexievitch (Prix Nobel de littérature 2015 - La Supplication, éditions JC Lattès). L’équipe est partie en 2017 en Ukraine et en Biélorussie à la rencontre des survivants et de leurs descendants. Ils les ont interviewés, ils les ont filmés. C’est leur parole qui est donnée à entendre, incarnée par cinq acteurs à la manière du théâtre verbatim. Ce sont ces images qui sont projetées, par intermittence, sur le rideau servant d’écran. L’utilisation des marionnettes au théâtre est la marque de fabrique de la compagnie Point Zéro et apporte à L’Herbe de l’Oubli l’indispensable humanité et la poésie qui permettent de mettre le sujet à distance.